Agir contre le sexisme: un enjeu d’égalité !


La lettre d’engagement antisexisme

Le sexisme est une problématique réelle et qui, malheureusement, passe régulièrement inaperçue dans les milieux professionnel, personnel, amical et familial.

Il impose un climat hostile en fonction du genre et diminue les réelles compétences et savoirs de la victime. Il lui crée un environnement difficile et elle vient à croire qu’elle est inférieure par rapport au sexe opposé.

Ce sentiment amène détresse, problèmes physiologiques, psychologiques et voir même économiques. Dans un cas extrême, le sexisme rend la personne incapable de prendre en charge son quotidien. Il est aussi important de savoir que le fait de ne pas dénoncer le sexisme renforce et encourage les comportements discriminatoires de l’entourage.

De plus, les conséquences du sexisme privent les organisations et les entreprises des connaissances et des compétences du personnel féminin ainsi que les avantages de la mixité dans une équipe. Une remise en question est nécessaire pour changer les mentalité afin d’utiliser le potentiel de chacun à son maximum. Un facteur important, surtout lorsque la région connait une pénurie de main d’œuvre grandissante.


QUELQUES IDÉES POUR AGIR !

Vous avez besoin d’aide ou d’accompagnement pour mettre en place une action pour contrer le sexisme dans votre milieu? N’hésitez surtout pas à demander de l’aide à l’équipe de la TCMFCQ. Nous pouvons vous accompagner dans le processus !

SIGNATURE DE LA LETTRE D’ENGAGEMENT ANTISEXISME

Téléchargez la lettre en grand format et avec l’accord de la haute direction, la personne autorisée pourra signer la lettre. Nous vous encourageons à immortaliser la signature avec une photo que vous pourrez nous envoyer. Celle-ci sera partagée sur les réseaux sociaux de la TCMFCQ et sur le site internet (voir plus pas sur cette page).

L’ADS+ (L’ANALYSE DIFFÉRENCIÉE SELON LES SEXES AVEC INTERSECTIONNALITÉ)

L’analyse différenciée selon les sexes avec intersectionnalité (ADS+) est un outil qui sert à évaluer les répercussions potentielles des politiques, des programmes ou des initiatives sur les femmes et les hommes et ainsi éviter les biais discriminatoires. Elle permet aussi de prendre en compte tous les facteurs qui déterminent l’identité individuelle. La TCMFCQ offre de la formation sur l’ADS+.

CRÉER UNE POLITIQUE D’ÉGALITÉ ET DE PARITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

Une politique d’égalité et de parité permet de reconnaitre l’engagement de l’organisation, de l’entreprise ou de la municipalité à se donner les moyens de favoriser l’atteinte de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes de sa communauté.

LA RÉDACTION ÉPICÈNE

La rédaction épicène est « une forme linguistique qui est la même au masculin et au féminin », elle évite les accords marqués en genre grammatical. Elle consiste à utiliser des constructions de phrases qui ne mettent pas l’emphase sur le masculin ou le féminin. C’est une méthode inclusive simple.

La rédaction épicène sera: La personne responsable à la coordination doit s’assurer de respecter les échéanciers.

INTÉGRATION D’UN PARAGRAPHE SUR LE SEXISME DANS UNE POLITIQUE DÉJÀ EXISTANTE

Possiblement que votre organisation a déjà élaborer une politique contre le harcèlement au travail ou une autre politique. Mais est-ce que celle-ci est à jour ? La définition « harcèlement » touche-t-elle toutes les formes possibles de discrimination ? Qui est responsable de la politique ? Quel est le processus si une victime veut porter plainte ?

Rappelez-vous que cette politique de harcèlement est obligatoire et devrait être révisée tous les cinq (5) ans selon l’évolution des procédures à suivre en cas de plainte.


LES ORGANISMES SIGNATAIRES:

La SADC de Nicolet-Bécancour

C’est avec grand plaisir que nous dévoilons notre première organisation signataire de la lettre d’engagement antisexisme au Centre-du-Québec: La SADC de Nicolet-Bécancour.

« Nous avons déposé le document signé dans un cadre à l’accueil du bureau. La signature de cet engagement est un geste porté par l’équipe de travail et le conseil d’administration de la SADC Nicolet-Bécancour qui s’inscrit dans une suite logique d’actions depuis l’adoption de notre politique contre le harcèlement en 2006 visant un milieu de travail sain. »

Sur la photo: Steve Brunelle, directeur général

La Corporation de développement communautaire de Nicolet-Yamaska

« Nous sommes fières d’avoir signer la lettre d’engagement antisexisme et nous nous engageons à mobiliser le personnel et les partenaires contre le sexisme.

Merci infiniment pour cette merveilleuse initiative. »

Sur la photo: Marieve Proulx-Roy, directrice générale

Pôle d’économie sociale Centre-du-Québec

3e organisation à signer la lettre d’engagement anti sexisme : Pôle d’économie sociale du Centre-du-Québec.

Sur la photo: Chantal Tardif, directrice

Services intégrés pour l’emploi

« C’est en avril dernier que le CA de Services intégrés pour l’emploi a résolu de s’engager à lutter contre le sexisme. Ainsi, dans le cadre du projet de la Table de concertation du mouvement des femmes du Centre-du-Québec, a signé la lettre d’engagement antisexisme. »

Sur la photo: Eve Champagne, directrice

CALACS UNIES-VERS-TOI (UNIES-VERS-ELLES)

Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel qui s’adresse aux femmes, aux hommes et aux jeunes filles de 14 ans et plus; intervention individuelle et de groupe, accompagnement, activités de sensibilisation. Le Centre porte une attention particulière à l’inclusion des femmes davantage discriminées.

Corporation de développement communautaire des Bois-Francs (CDCBF)

Au nom de l’équipe de la CDCBF, la directrice, Tania Fontaine, a signé la lettre d’engagement à la lutte contre le sexisme du projet Sexisme pas ici de la Table de concertation du mouvement des femmes du Centre-du-Québec. La CDCBF invite ses membres et partenaires à emboîter le pas.

Sur la photo: Tania Fontaine, directrice

La Maison des femmes des Bois-Francs

«La Maison des femmes des Bois-Francs trouve important que l’on s’implique pour faire changer les mentalités et  donner aux femmes des milieux exempts de sexisme !»

Sur la photo: Sylvie Pinard, adjointe à la coordination

La Corporation de développement communautaire de la MRC de Bécancour

Première organisation signataire de la MRC de Bécancour.

« Lorsque notre organisation a été interpellée, ce fut tout à fait naturel d’adhérer au mouvement. Le fait d’agir contre le sexisme est tout à fait intégré dans nos pratiques et dans nos valeurs et maintenant, nous pouvons profiter ce cette occasion pour le démontrer fièrement et je l’espère, contribuer à la sensibilisation auprès de nos membres et du grand public! »

Sur la photo: Anthonie Deshaies, directeur général et Raphaëlle Blais, agente développement du territoire.

La MRC de Nicolet-Yamaska

La première MRC du Centre-du-Québec à signer la lettre d’engagement est la MRC de Nicolet-Yamaska.

‘’La MRC de Nicolet-Yamaska a à cœur la lutte contre le sexisme et l’égalité des sexes est un mouvement qu’elle prône par ses actions tant au niveau politique qu’organisationnel. C’est avec fierté que la préfète Mme Geneviève Dubois, au nom de la MRC, appose sa signature à cette lettre d’engagement’’.

Sur la photo: Geneviève Dubois, préfète de la MRC de Nicolet-Yamaska et Michel Côté, directeur de la MRC de Nicolet-Yamaska.

Partance, centre d’emploi pour femmes

Notre première organisation signataire de la MRC de Drummondville. Bravo !

Partance, centre d’emploi pour femmes s’associe à la Table de concertation du mouvement des femmes du Centre-du-Québec dans le cadre de la Stratégie gouvernementale pour l’égalité entre les femmes et les hommes. En signant son engagement Agir contre le sexisme, Un enjeu d’égalité, Partance confirme de nouveau son rôle d’avant-garde depuis 40 ans dans la lutte contre les préjugés qui restreignent l’accès des femmes à des emplois traditionnellement réservés aux hommes, et que l’organisme continuera de réfléchir et d’agir en ce sens. »

Sur la photo : Rosette Laberge, présidente du conseil d’administration de Partance (gauche) et Annie Jean, directrice générale de Partance.

La Corporation de développement de l’Érable (CDCÉ)

 » La CDC de l’Érable est partenaire depuis le début de ce projet régional, et ce, par conviction profonde. Pour la CDCÉ, une communauté saine, épanouissante pour l’ensemble des personnes et riche de tout son monde est forcément égalitaire et inclusive. Agir avec bienveillance dans l’ensemble de ses actions tout en favorisant le pouvoir d’agir des personnes, des organisations et des communautés est un leitmotiv pour la CDCÉ. Ensemble, nous créons le monde dans lequel nous souhaitons vivre. »

Sur la photo: Caroline Moreau, directrice générale

Comité régional en développement social du Centre-du-Québec (CRDS)

Le Comité régional de développement social agit selon des principes d’équité et d’inclusion dans chacune de ses actions. Nous souhaitons, par cet engagement poser un geste concret afin de contrer la discrimination et les stéréotypes sexistes empêchant le développement du plein potentiel des personnes dans le cadre de leur travail et de leur vie personnelle. C’est avec conviction que le CRDS est partenaire du projet de la Table de concertation du mouvement des femmes du Centre du-Québec. »

Sur la photo: Mélanie Bergeron, coordonnatrice et Amada Aldama, agente de développement.

La Ressource Aide-Alimentaire de Nicolet

« Nous désirons promouvoir le respect et l’égalité entre les personnes. Parce que chez-nous, chaque personne agit selon ses capacités personnelles, peu importe le sexe. Parce que nous ne tolérons pas le jugement  selon les apparences, le sexe ou quoi que ce soit, de même que la discrimination dans notre organisme. »

Sur la photo: Francine Baril, coordonnatrice

La MRC de l’Érable

Bravo à la MRC de l’Érable qui emboîte le pas et s’engage à lutter contre le sexisme dans leur milieu. La MRC de l’Érable est notre deuxième MRC à signer la lettre d’engagement Agir contre le sexisme: un enjeu d’égalité !

Sur la photo: le directeur général, monsieur Raphaël Teyssier, et le préfet, monsieur Mario Fortin.

%d blogueurs aiment cette page :