La Fédération américaine de soccer revoit son discours sur l’égalité salariale

Agence Presse France. (2020, mars 31). Radio-Canada. Consulté le 1 avril 2020, à l’adresse https://ici.radio-canada.ca/

C’est en mars 2019 que les joueuses de soccer américaines ont intenté une poursuite contre leur organisation pour discrimination salariale qu’elles accusent de « discrimination sexuelle institutionnalisée depuis de nombreuses années ».(1)

Vingt-huit (28) joueuses de soccer (footballeuses) dénoncent l’écart de salaire existant par rapport à l’équipe masculine. De plus, elles rapportent que des inégalités subsistent concernant le choix de l’endroit, des moments et de la fréquence des matchs disputés, sur leur façon de s’entraîner, la façon dont elles sont dirigées et même la manière dont elles reçoivent des traitements médicaux et leurs déplacements pour les matchs.

 » Les avocats de l’instance ont écrit, dans les documents, que la fédération ne contexte plus le fait que les fonctions de l’équipe nationale féminine et celles de l’équipe masculine nécessitent des compétences, des efforts et des responsabilités égaux.

L’USSF mentionnait dans un précédent dossier

que jouer dans l’équipe nationale masculine exigeait un niveau plus élevé de compétences, basés sur la vitesse et la force, et revêtait une plus grande responsabilité […] »

Des mots qui ont suscité une indignation immédiate et généralisée (joueuses, dirigeants, commanditaires) poussant la Fédération américaine de soccer à démissionner. La vice-présidente, Cindy Parlow Cone, ancienne joueuse internationale américaine, a pris l’intérim de la présidence et a « émis le souhait d’apaiser la situation, alors que le procès intenté par les joueuses de l’équipe nationale est prévu le 5 mai. » (3)

« Les joueuses réclament 66 millions de dollars en arriérés de salaire en vertu de la loi sur l’égalité de rémunération et sur les droits civils. De plus, elles dominent actuellement le soccer mondial avec 4 des 8 Coupes du monde, dont une en 2015 et une autre en 2019. »

(1) Agence Presse France. (2020, mars 31). Radio-Canada. Consulté le 1 avril 2020, à l’adresse https://ici.radio-canada.ca/

Publié par Table de concertation du mouvement des femmes Centre-du-Québec (TCMFCQ)

La TCMFCQ est un regroupement féministe voué à la défense collective des droits. Reconnue comme l'instance régionale en matière de condition féminine, elle agit dans plusieurs domaines qui touchent aux conditions de vie des femmes. Les valeurs défendues par la TCMFCQ sont l'égalité, l'équité, la solidarité et la justice sociale. NOTRE MISSION La Table de concertation du mouvement des femmes Centre-du-Québec (TCMFCQ) a pour mission première de travailler à l'amélioration des conditions de vie des femmes en étant un lieu de réflexion et d'action tourné vers le changement. HISTORIQUE La Table de concertation du mouvement des femmes Centre-du-Québec est née officiellement en mai 1998, de la volonté commune des groupes de femmes du Centre-du-Québec. Les groupes ont alors réaffirmé l'importance d'un tel regroupement pour défendre les droits et intérêts des Centricoises. En octobre 1998, la TCMFCQ débutait officiellement ses activités.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :