Le Québec est une femme capricieuse

Leduc,Louise (2008, 27 octobre). « Le Québec est une femme capricieuse ». Le Nouvelliste (Trois-Rivières).

https://brigadespi.files.wordpress.com/2019/12/skm_c224e19121610250_0001-002.jpg?w=1024

Leduc,Louise (2008, 27 octobre). « Le Québec est une femme capricieuse ». Le Nouvelliste (Trois-Rivières).

Au sortir d’une campagne électorale où le Bloc a réussi à bien s’accrocher, les Québécois n’ont pas très bonne presse au Canada, les chroniqueurs politiques nous attribuant la responsabilité de cet autre gouvernement minoritaire. Pour une psychanalyse politique « coast to coasts », étendez-vous, c’est par ici.

Les Québécois ont un « problème d’engagement ». Ce sont des profiteurs. Ils prennent le Canada pour un « guichet automatique » Ils ont un « blocage mental ». Ils sont omnibulés par leur « dogme collectiviste ». Et le drapeau du Québec, le temps d’un éditorial dans le National Post, devient « le drapeau de Maurice Duplessis ».

Depuis les dernières élections fédérales, le Québec essuie un tir particulièrement nourri de critiques, particulièrement du Globe and Mail et du National Post.

Le 18 octobre, Margaret Wente, chroniqueur au Globe and Mail faisait une Louise Deschatelets d’elle-même et écrivait toute sa chronique sous la forme d’un courrier du cœur. L’amoureux éconduit écrit avoir couvert d’argent sa belle, lui avoir donné un siège à l’UNESCO, l’avoir accompagné à l’opéra, au théâtre « et à tous ces galas de riches que je déteste ». En vain. Reviré de bord le gars. La courriériste lui demande alors si sa flamme n’aurait pas des difficultés à s’engager. « Peut-être ne fait-elle que vous utiliser. Avez-vous tous les deux songé à vous séparer ? »

Deux jours plus tard, dans le même journal, Jeffrey Simpson concluait sa chronique intitulée « Quebeckers’ mental Bloc » en demandant pourquoi Ottawa, après six victoires bloquistes, « devrait continuer à jouer un jeu qui lui est perdu d’avance ».

En entrevue, Jeffrey Simpson se défend bien d’avoir fait par là un appel à la séparation, mais ne cache pas qu’il est « frustré », frustré que Wilfrid Laurier à Gilles Duceppe, en passant par Pierre Elliott Trudeau, les Québécois, quand ils en ont la possibilité, vote toujours pour un Québécois. Or, Stephen Harper ne l’est pas et tout indique que les libéraux iront au front la prochaine fois avec un non — Québécois (Bob Rae, Michael Ignatieff ou Frank McKenna). Bref, pour encore un bout de temps, ça risque d’être bloc ou rien, analyse-t-il.

Racistes, alors les Québécois, à votre avis ? « Vous utilisez le mot raciste, pas moi. Moi je dis tout simplement que l’Histoire nous démontre que chaque fois que les Québécois ont eu le choix entre un parti dirigé par un Québécois et un non-Québécois, ils ont toujours opté pour le Québécois ».

Reproduite sur Internet, la chronique de Simpson a suscité une conversation nationale. Une vraie.

Plus de 4500 commentaires

Là-dessus, beaucoup, beaucoup de Québécois, des Canadiens anglais et même un gars de New Delhi (un Canadien exilé là-bas ?) qui y va de trois suggestions. Le Québécois, écrit-il, c’est a) un Tanguy qui vit aux crochets de ses parents et mange les tartes de maman sans rien donner en retour, b) le frère aîné de l’enfant prodigue qui menace de partir à son tour s’il ne reçoit pas plus, c) l’épouse infidèle qui reste avec son mari pourvoyeur tout en refusant de partager son lit ou ses responsabilités familiales.

L’image de la femme difficile pour décrire le Québec est récurrente. Pourquoi le Québec est-il une femme ? demande-t-on à Briane Gable, caricaturiste au Globe and Mail. « Bonne question ! lance-t-il en rigolant. C’est vrai qu’ici, quand on pense au Québec, on pense à sa culture, à sa sensibilité, des caractéristiques qu’on associe spontanément aux femmes. Et j’ai bien l’impression que quand les Québécois ferment les yeux et pensent au Torontois typique, ils pensent à un homme d’affaires, pas très sensuel et un peu ennuyeux ».

Publié par Table de concertation du mouvement des femmes Centre-du-Québec (TCMFCQ)

La TCMFCQ est un regroupement féministe voué à la défense collective des droits. Reconnue comme l'instance régionale en matière de condition féminine, elle agit dans plusieurs domaines qui touchent aux conditions de vie des femmes. Les valeurs défendues par la TCMFCQ sont l'égalité, l'équité, la solidarité et la justice sociale. NOTRE MISSION La Table de concertation du mouvement des femmes Centre-du-Québec (TCMFCQ) a pour mission première de travailler à l'amélioration des conditions de vie des femmes en étant un lieu de réflexion et d'action tourné vers le changement. HISTORIQUE La Table de concertation du mouvement des femmes Centre-du-Québec est née officiellement en mai 1998, de la volonté commune des groupes de femmes du Centre-du-Québec. Les groupes ont alors réaffirmé l'importance d'un tel regroupement pour défendre les droits et intérêts des Centricoises. En octobre 1998, la TCMFCQ débutait officiellement ses activités.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :